Pays de Montbéliard – Première édition du festival BO DISTRICT

BO DISTRICT, c’est le nom du nouveau temps fort musical au Moloco. Il faut trouver l’origine de ce terme dans le plus vieux district de France, à savoir… le Pays de Montbéliard, ainsi que les « Art District » américains dans les années 90, consistant à valoriser des espaces urbains à travers la culture.

Festival BO DISTRICT 2024Le Moloco aussi, vise à mettre en lumière et dynamiser le local. « L’idée est d’irriguer le territoire le temps d’une semaine, pour montrer toute sa richesse d’une manière différente », explique Matthieu Spiegel, directeur du Moloco. Certains artistes seront présents sur un temps long pour des projets à l’image de Clume et ses polyphonies occitanes le 9 avril au Centre Jean Ferrat d’Étupes. Le groupe mènera des projets avec les usagers du centre socio-culturel, en plus de son concert acoustique. « L’idée est aussi d’être dans des concerts qui ne vont rien coûter en termes d’environnement, dans une démarche écologique ». Le lendemain le groupe jouera dans l’église de Montenois pour un concert gratuit (à l’image de la moitié de la programmation, en entrée libre sur réservation).

Actions culturelles auprès des habitants toujours, avec Angela Vanoni, danseuse chorégraphe qui sera aux côtés du musicien électro JOUBe dans le parc du château Peugeot à Hérimoncourt le 10 avril, pour une création danse et musique en compagnie d’enfants. JOUBe partira aussi visiter l’usine d’ustensiles culinaires Cristel (et nous avec) à Fesches-le-Châtel le 11 avril.

Le 10 avril c’est à l’Arche de Bethoncourt qu’il faudra se rendre pour découvrir La Yegros, chanteuse argentine qui célèbre ses dix ans de carrière (et de succès avec son tube Viene de Mí), entre rythmes d’Argentine et de Colombie. Des influences urbaines et électro complètent le tableau. Couleurs urbaines le 12 avril avec un trio de rappeurs, dont NeS qui vient de publier un nouvel EP, Ça va aller, projet plus sombre où le Parisien évoque notamment son succès récent. Sur le titre -94°, il invite Yvnnis que l’on retrouvera aussi au Moloco. Citons encore Timéa, jeune chanteuse définissant sa musique de r’n’b alternatif mâtiné d’électro. Puis à partir de 23h, le festival poursuivra son exploration des sonorités actuelles avec un temps davantage dancefloor electro dont Dimension Bonus, collectif évoluant lors de performances mêlant poésie, musique et créations vidéo-numériques. Ils partageront l’affiche avec le DJ Billx, issu des free-parties, Calling Marian entre techno, acid et trance et Watzky du label bisontin Tone Records. « Une grande première avec Le Moloco, en musique de 19h à 5h du matin ! », souligne Matthieu.

Le samedi 13 avril, on restera dans l’esprit électronique avec Fakear et son dernier projet Hypertalisman. Théo Le Vigoureux poursuit son voyage à dos d’électro atmosphérique et introspective inspirée par les sonorités du monde avec, toujours chez le Normand, la mélodie en point de mire. Le festival s’achèvera le dimanche soir chez un autre partenaire, L’Atelier des Môles à Montbéliard, avec notamment Lysistrata, « qui avait fait ses premières armes au Moloco et qui vient aujourd’hui avec une résonance nationale », se félicite Matthieu. Une clôture au son des guitares.

Ah oui on oubliait: « BO » c’est pour Bande originale, un festival qui souhaite se distinguer en proposant quelque chose de différent, mais cela fait aussi référence au beau, valorisation des talents locaux là encore sur le Pays de Montbéliard !

– Dominique Demangeot –

BO District, Audincourt, Le Moloco et autres lieux, du 9 au 14 avril
Programme complet : lemoloco.com

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera