Musique

Saint-Vit – Back To The Trees 2018 le 30 juin

Les explorations artistiques en pleine nature reprennent en ce début d’été en Franche-Comté et ailleurs. Fondé en 2011, l’événement Back To The Trees essaime aujourd’hui dans l’hexagone et dans le monde. Tandis que la « BTTT 2018 » se tiendra dans la forêt communale de Saint-Vit dans le Doubs le 30 juin, une autre aura lieu le même jour – mais pas sur le même fuseau horaire – à Khagrachari au Bangladesh. Le 24 août, le Parc du Mont-Comi au Québec accueillera également sa première édition de l’événement, tandis que la Gironde, l’Ardèche, la Suisse et le Kosovo sont aussi au programme !

Back To The Trees 2018 à Saint-VitLe volet franc-comtois et fondateur de Back To The Trees se tiendra donc cette année dans la commune de Saint-Vit, qui a récemment intégré le Grand Besançon. Organisé par l’association Elektrophonie, l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon et la Ville de Saint-Vit, Back To The Trees regroupe une fois encore des propositions artistiques nombreuses et variées, des créations que l’on qualifiera tantôt de plastiques, tantôt de sonores, même si ce cloisonnement n’a pas nécessairement lieu d’être, d’autant que les champs artistiques ont souvent tendance à se croiser sur Back To The Trees. Guy Freixe et Christine Douxami œuvreront par exemple dans le domaine du théâtre, tandis que François Tizon mêlera lecture et musique. La culture scientifique s’invitera même avec Fanny Duprat Oualid et Emilie Gouriveau, chercheuses de l’Université de Franche-Comté qui nous parleront des pollens.

Éc(h)o graphisme, l'un des nombreux projets à découvrir à Back To The Trees à Saint-Vit, au Bois d'Ambre -

Éc(h)o graphisme, l’un des nombreux projets à découvrir à Back To The Trees à Saint-Vit, au Bois d’Ambre – Photo : David Bartholomeo

Toujours dans le registre du dialogue entre disciplines, citons Éc(h)o graphisme, qui est une retranscription sensible du son en dessin. Gilles Malatray et David Bartholoméo élaborent un répertoire de formes en lien avec des relevés sonores de l’environnement. Une scène d’écoute acoustique est installée en pleine nature, “où même les arbres dessinent leur propre tressaillement végétal”, écrivent-ils. Back To The Trees sait aussi ménager des partenariats au niveau local. C’est ainsi qu’en 2018, la création de Ben Farey et Guillaume Bertrand est soutenue par l’Espace Multimédia Gantner à Bourogne. On pourra également retrouver dans la forêt les créatures hybrides du sculpteur Mauro Corda, que l’on peut découvrir actuellement à la Citadelle de Besançon.

Le public est aussi parfois invité à participer comme lors du RandOlyric de Vincent Karche. Le ténor invitera les visiteurs à tester leurs voix parmi les arbres… mais pas seulement ! « Je vous invite à vous imprégner des sources de vie qui vous entourent, les arbres, les oiseaux, les caresses du vent, les ondulations des plantes et des houppiers », explique le chanteur. Mobiliser sa voix pour mieux entrer en contact – communion ? – avec la nature.

Les créations citées plus haut – et bien d’autres ! – sont à découvrir à des moments divers ou en continu. Qu’il s’agisse de la forêt de Chailluz lors de la première édition en 2011, de celle de Chaux ou l’an dernier à Chamblay, la nature demeure l’élément central de Back To The Trees, un environnement qui accueille le spectateur. Acceptez donc de vous soustraire, le temps d’une soirée, au tumulte de la civilisation moderne. Vous ne le regretterez pas !

– Dominique Demangeot –

www.backtothetrees.net

back to the trees, elektrophonie, isba, saint vit

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera