Musique

Faune Aphone à La Coupole de Saint-Louis

Les Filles d’Aplomb, compagnie de danse contemporaine strasbourgeoise, présentera sa création à la Coupole de Saint-Louis le 4 mars prochain, pièce qui évoque les rapports entre l’homme et l’animal. La danse pour aborder également le silence qui entoure encore la cause animale, et surtout l’incapacité de cet animal à prendre la parole, comme semble le signifier le titre de la pièce.

Faune Aphone à La Coupole de Saint-Louis

Photo : Sylvaine Stehly

Ce sont les différents obstacles à la défense de l’animal qui sont évoqués dans Faune Aphone, ces derniers relevant de plusieurs facteurs, qu’ils soient culturels ou économiques. Le rapport homme-animal a évolué au fil des millénaires. C’est bien sûr en premier lieu un assujettissement de l’animal par l’homme qui vient à l’esprit, l’animal comme bétail, comme premier moyen de se déplacer, comme défenseur du foyer et des récoltes, mais également, dans certaines cultures, animal sacré, intouchable, souvent consommé, parfois vénéré. L’animal revêt ainsi différentes symboliques.

Une recherche préalable a été menée par la compagnie, qui s’est intéressée notamment à des travaux d’éthologues et de philosophes. Faune Aphone évoque donc à la fois le champ économique, pour comprendre le développement de la population humaine, mais aussi philosophique, car la place de l’homme au sein de la nature, pose nécessairement des questions sur sa légitimité, sur son comportement vis à vis de créatures supposément inférieures. Cependant, comme le rappelle la compagnie, « ce projet milite non pas pour un traitement similaire des hommes et des animaux non-humains », explique la compagnie, « mais pour changer notre façon de percevoir et de traiter ces derniers ».

> Retrouvez la présentation de la saison de printemps par la directrice de La Coupole, Julie Friedrichs

Pour nous rendre plus proche ce monde animal, la compagnie a fait le choix de nous faire ressentir de manière intime cet univers. L’ouïe du spectateur est particulièrement sollicitée, lors de  scènes nocturnes pour entendre cette « voix » animale souvent dissimulée parmi le vacarme humain. La chorégraphe Kristine Groutsch a imaginé une partition pour une personne et un drap mouvant, replaçant ainsi l’être humain dans une communauté de créatures vivantes.

– Bertrand Demornieux –

Faune Aphone, La Coupole, Saint-Louis, 4 mars à 20h30
www.lacoupole.fr

alsace culture, faune aphone, la coupole saint-louis, une

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera