Musique

Besançon – La nouvelle saison 2018-2019 des 2 Scènes

La Scène nationale de Besançon repartira pour une nouvelle saison dès le 9 octobre avec Campana, un grand rendez-vous à suivre jusqu’au 24 octobre, dans l’esprit de ce qui avait été proposé les années précédentes. On se souvient encore du vertigineux Absolu de Boris Gibé, qui avait investi la cour de la Médiathèque Pierre Bayle l’an dernier. Cette fois c’est le cirque Trotolla qui proposera sa création circassienne 2018. Point de départ d’une saison haute en couleurs tissée de théâtre, de musique, de cirque, de danse et d’opéra.

Le Cirque Trotolla

Le Cirque Trotolla – Photo : Phiilippe Laurençon

En matière de musique, le jazz tiendra comme d’ordinaire une place particulière, la scène jazz dans toute sa diversité, qu’elle se frotte aux couleurs de la rumba et de la musique afro-cubaine (Fidel Fourneyron le 10 octobre), à la folie douce du violoniste Theo Ceccaldi et du performeur-contrebassiste Fantazio (Peplum le 12 janvier), du piano de Colin Vallon (en trio le 12 février) au multianchiste Antonin-Tri Hoang le 11 mars. Les 2 Scènes nous emmèneront la saison prochaine sur bien d’autres chemins musicaux, du XXe siècle avec Fabrice Ferez, premier hautbois solo de l’Orchestre Victor Hugo et le pianiste Marc Pantillon le 15 octobre (chronique de l’album à lire en octobre dans Diversions), aux Motets de Bach le 16 décembre avec Raphaël Pichon et l’Ensemble Pygmalion, en passant par les musiques espagnoles les 31 janvier et 1er février en compagnie de Romances Inciertos, rendez-vous conviant la musique et la danse.

Les arts chorégraphiques tiennent eux aussi une place centrale dans la programmation des 2 Scènes. On a pu s’en rendre compte à l’occasion du beau moment Danse en amateur et répertoire, qu’avait accueilli la Scène nationale de Besançon la saison passée. Dominique Brun, artiste associée qui a pris part à l’événement, reviendra cette année pour présenter Pierre Loup, adaptation du conte animalier mis en musique par Prokofiev. La création à Besançon fera appel à l’Orchestre Victor Hugo pour la partie musicale et sera à découvrir du 17 au 19 janvier au Théâtre Ledoux. On retrouvera d’autres artistes connus en 2018-2019, à l’image de Caroline Grosjean qui présentera son nouveau projet Exit 87, dont la particularité sera d’être donné dans l’enceinte du Frac Franche-Comté à la Cité des Arts, un retour au temps du bouillonnement rock entre 1975 et la fin des années 80. Un spectacle à la dimension expérimentale pour sept performeurs dansant mais aussi parlant, jouant, chantant… Nathalie Pernette, avec Belladonna, explorera une nouvelle fois des rives fantastiques, autour de la figure de la femme sorcière, envoûtante et mystérieuse, multiple, à travers les trois âges de la vie.

Thomas Pichon de l'Ensemble Pygmalion - Photo : François Sechet

Thomas Pichon de l’Ensemble Pygmalion – Photo : François Sechet

Le théâtre prendra des airs tour à tour politiques avec dès octobre Pale Blue Dot, une histoire de Wikileaks qui reviendra sur la divulgation de dossiers américains classés top secrets, et futuristes avec Sopro (Souffle), de Tiago Rodrigues, la pièce nous transportant en 2080 dans un théâtre en ruines. Un hommage à l’art dramatique qui ne cesse de se renouveler lui aussi, comme en témoigne la collaboration entre Johanny Bert, Emmanuelle Laborit et The Delano Orchestra, pour Dévaste-moi, un étonnant récital… « chansigné », ou encore la nouvelle création d’Alexis Forestier et sa compagnie Les Endimanchés, Volia Panic, forme hybride entre pièce de théâtre et concert, voltige et performance… inclassable comme souvent avec Les Endimanchés !

En parlant de croisement des disciplines, l’opéra a su de tous temps mêler théâtre et musique, et cet art se renouvelle lui aussi ces dernières années. Deux rendez-vous lyriques seront ainsi proposés au public cette saison. Les 13 et 14 novembre, L’enlèvement au sérail de Mozart sera adapté par le Concert de la Loge sous la direction de Julien Chauvin, mêlant chant et vidéo, et ramenant à notre époque actuelle les questions autour des rapports hommes-femmes, Orient et Occident. Quant à la directrice du CDN Besançon Franche-Comté, Célie Pauthe, elle nous donne rendez-vous les 3 et 5 avril avec La Chauve-souris, une opérette de Johann Strauss, montée par des musiciens prisonniers du camp nazi de Terezín.

– Dominique Demangeot –

www.les2scenes.fr

les 2 scènes besancon

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera