Musique

Strasbourg, Mulhouse et Colmar – La divisione del mondo à l’Opéra national du Rhin du 8 février au 9 mars

Cet hiver, l’Opéra national du Rhin nous offre une pièce peu connue avec La divisione del mondo, une rareté à découvrir du 8 février au 9 mars entre Strasbourg, Mulhouse et Colmar. La période baroque s’invite à l’OnR avec cette œuvre de Giovanni Legrenzi (1626-1690), dont le nom, certes moins célèbre aujourd’hui, est à placer aux côtés de Monteverdi et Cavalli.

Christophe Rousset, directeur musical des Talens Lyriques - Photo : Ignacio Barrios Martinez

Christophe Rousset, directeur musical des Talens Lyriques – Photo : Ignacio Barrios Martinez

Créée en 1675, La divisione del mondo est un « dramma per musica » dont le livret de Giulio Casare Corradi nous transporte en des temps mythologiques, après la victoire des dieux de l’Olympe sur les Titans. Libérés de ces derniers, les dieux font alors montre de tous les excès dont ils sont capables. La déesse de l’amour, Venus, est ici au centre des attentions, de la part de dieux qui la courtisent. C’est Christophe Rousset, fondateur des Talens Lyriques et grand spécialiste, entre autres, des répertoires baroques, qui dirigera son ensemble à l’occasion de cet opéra créé en son temps pour le Carnaval. La divisione del mondo est ainsi emblématique d’une époque d’énergie créatrice et de liberté, propre à la République de Venise en cette fin de XVIIe siècle. L’opéra va notamment incarner cette vitalité, qui connaît un grand engouement dans les théâtres privés. Comme il en a l’habitude, Christophe Rousset s’est plongé dans la partition originale conservée à la Bibliothèque nationale de Paris. Si l’instrumentarium n’est pas connu avec précision, on retrouvera parmi l’orchestre flûtes à bec, cornets à bouquin, luths, harpes, guitares, lirones et clavecins.

La divisione del mondo à l"Opéra national du Rhin

Images de répétition – Photo : Clara Beck

Legrenzi va donner davantage de place aux arias, les différenciant des récitatifs, proposant dès lors des formes courtes qui impriment une dynamique inédite à ses opéras. Son influence sur des créateurs comme Haendel ou Scarlatti sera conséquente.
La divisione del mondo nous donne donc à voir un monde… pour le moins divisé, tout comme les couples qui l’habitent ! L’expression « baroque » prend alors tout son sens ici. Les intrigues se chevauchent, comme le tragique et le comique, une sorte de vaudeville lyrique, une ambivalence que l’on retrouve jusque dans les personnages qui intriguent, se travestissent. Un grand spectacle à découvrir à l’Opéra national du Rhin cet hiver. Pour sa première mise en scène à l’OnR, la néerlandaise Jetske Mijnssen a eu pour tâche de rendre visible cette famille pas comme les autres, du grand-père Saturne au petit-fils Apollon, et toute une galerie de divinités dans leur sillage. « Quatre générations, un arbre généalogique impressionnant qui comprend des personnalités qui sont engluées dans leurs relations, des personnalités qui s’aiment et se détestent », explique la metteure en scène dans le magazine de l’OnR. « Certains personnages sont amoureux et comme en lévitation, d’autres sont maladivement jaloux, d’autres encore sont dépressifs et fragiles ». Et Jetske Mijnssen de faire le lien avec nos propres familles, en nous rappelant que les mythologies gréco-latines ne faisaient finalement que refléter la nature humaine…

La divisione del mondo, Opéra national du Rhin, du 8 février au 9 mars
Retrouvez dates et lieux sur : https://www.operanationaldurhin.eu/fr/spectacles/saison-2018-2019/opera/la-divisione-del-mondo

La divisione del mondo à l"Opéra national du Rhin

Images de répétition – Photo : Clara Beck

christophe rousset, colmar, la divione del mondo, la divisione del mondo, legrenzi, les talens lyriques, mulhouse, onr, opéra national du rhin, strasbourg

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera