Patrick Foulhoux – Hache tendre et gueules de bois

CHRONIQUES MUSICALES

Kyklos

En matière de critique rock, il faut bien avouer que la France a longtemps couru derrière les Anglo-Saxons (Lester Bangs, Nick Kent et quelques autres), sans jamais parvenir à les rattraper vraiment. Question de culture, probablement. Le pavé que vient de lâcher dans la mare rock Patrick Foulhoux nous fait cependant mentir, et prouve que des passionnés de musique possédant aussi une belle plume, existent en France. Hache tendre et gueules de bois, on ne l’a pas lu en entier. Pas encore. Ce n’est pas le but d’un tel ouvrage, d’abord destiné à devenir votre guide de chevet pour vos nuits blanches, ou vous inspirer pour vos prochains achats physiques ou playlists virtuelles.

Patrick Foulhoux - Hache tendre et gueules de boix - Kyklos - Chronique du livre

S’il déroge à la règle de la présentation alphabétique avec le sémillant Fun House des Stooges (ça peut se comprendre, même si LA Woman fut son « baptême du feu »), Patrick Foulhoux revient bien vite aux choses sérieuses en dégainant, de A à Z (plus quelques chiffres), quelques centaines de chroniques de longueurs inégales, qui mêlent les « grands » noms des scènes musicales française et internationale, avec d’illustres inconnus, mais dont le talent, à en croire le chroniqueur, n’est aucunement proportionnel à leur célébrité. Et c’est notamment cela qui est intéressant dans Hache tendre et gueules de bois, avant tout un bel hommage que le bonhomme rend à une certaine frange de la gent artistique, qui ne connaitra certes jamais « les toujours du grand soir », comme chantait Coluche, mais qui ont parcouru les scènes de France et de Navarre, les cafés concerts, bouges plus ou moins recommandables, pour garder bien vivante la flamme du rock’n’roll. Tout un écosystème, anecdotes en prime, à découvrir ou redécouvrir. Disons plutôt à découvrir car on ne va pas se mentir, sauf à être programmateur musical, difficile d’avoir posé ne serait-ce qu’une oreille sur le tiers de ces formations citées par Patrick Foulhoux, dont la plume a glissé par le passé sur les pages de Rolling Stone et Rock Sound, entre autres.

Et puis Hache tendre et gueules de bois arrive à point nommé pour nous rappeler, après une année bien tassée de fermetures des petits lieux de diffusion, qu’en France on a aussi de beaux spécimens de musiciens : les Lyonnais The Buttskakers, les Angevins de Dirty Hands… Quant aux Bordelais de Deche Dans Face, ils ont droit à presque quatre pages. Journaliste, romancier, Patrick Foulhoux a une connaissance très fine – voire encyclopédique – des scènes locales. Si James Brown ne lui a « jamais dégondé les miches » (en français dans le texte), en revanche Patrick a des centaines de confidences à nous faire sur autant de groupes plus ou moins connus, en majorité rock même s’il lui arrive de s’aventurer vers d’autres univers (à petite dose à l’image d’Ez3kiel ou même Elton John !). [Parenthèse locale] : Les Francs-Comtois seront heureux de croiser dans ce bottin mondain Aside From A Day, qui ont fait les belles heures du rock au pays de la cancoillotte dans les années 2000. Plus loin, c’est le hardcore de Membrane qui se rappelle à notre bon souvenir, quand Patrick ne va pas lorgner vers nos voisins alsaciens Dirty Deep, blues poisseux au pays de la choucroute. Note pour l’auteur : en Franche-Comté aussi, on met des « y » partout, mais surtout dans le Haut-Doubs.

Hache tendre et gueules de bois, placé sous le patronage des Stooges, est avant tout un bel hommage à la musique rock, dans toute sa diversité. Les chroniques laissent filtrer une bonne dose de passion, ce qui ajoute au plaisir de lecture. Hache tendre et gueules de bois, c’est le (gros) bouquin d’un passionné qui écoutait Elvis Costello, Patti Smith et Graham Parker à la radio la nuit sous les draps. Et puis quelqu’un qui propose de remplacer La Marseillaise par Everybody Needs Somebody To Love, ne peut pas être foncièrement mauvais !

clermont-ferrand, critique rock, hache tendre et gueules de bois, journalisme musical, kyklos, patrick foulhoux