François Rollin – Mémoires d’un gros mytho

HUMOUR/BD

Hugo Desinge

Parution le 2 juin 2022

Le comédien, auteur et humoriste François Rollin nous offre une galerie de portraits prenant le contrepied de l’image de nombreuses stars du cinéma et de la musique, chaque célébrité étant également croquée par Stéphane Trapier, illustrateur et affichiste attitré du Théâtre du Rond-Point. Tout est dans le titre ! Ces 27 portraits au vitriol sont à prendre au second degré (au minimum).

François Rollin - Mémoires d'un gros mytho - Hugo DesingeIl faut dire que Rollin n’est pas tendre avec ses contemporains, et s’il propose des portraits de grands noms, c’est finalement lui-même que sa plume trempée dans l’acide vient finalement célébrer ! Toutes les vedettes évoquées dans ce recueil semblent en effet lui vouer un véritable culte, capables pour la plupart d’avaler des centaines de kilomètres dans le but de venir respirer le même air que leur idole, ou de lui quémander un selfie coûte que coûte… Et si Rollin semble peu goûter ces intrusions dans sa vie privée, c’est lui-même qui passe rencontrer ses fans la plupart du temps, dans des endroits parfois improbables, de Vilnius à Tizac-de-Lapouyade, en passant par le New Jersey (oui parce qu’il faut savoir que François Rollin est par ailleurs un ami très proche du Boss lui-même, Bruce Springsteen).

Mais comme souvent avec le créateur du Professeur Rollin dans la série Palace, nous sommes devant des textes rédigés avec finesse et une bonne dose d’ironie, tant il parait tout à fait improbable que Rollin joue au golf avec Tom Cruise. On s’amuse aussi des drôles de marottes inventées pour toutes ces célébrités, à l’image de Sophie Marceau qui collectionne… les ramasse-miettes. Ce roi de l’absurde qu’est François Rollin ne fera pas mentir sa réputation, et c’est avec un malin plaisir qu’il égratigne sans vergogne jusqu’aux légendes que sont Delon et Deneuve. Rollin n’épargne pas ses pauvres victimes. Ces dernières ne devraient pas trop lui en vouloir. Dany Boone, qui figure au tableau de chasse, qualifie Rollin d’« esbroufeur de haute volée » et a d’ailleurs préfacé l’ouvrage. Mémoires d’un gros mytho illustre avec brio un certain humour français, qui privilégie bons mots, situations cocasses et non-sens élevé au rang d’art. Peinture haute en couleurs – textes comme illustrations – d’une réalité parallèle où Isabelle Adjani vous appelle « frérot ».

Dominique Demangeot

françois rollin, hugo desinge, hugo publishing, mémoires d'un gros mytho, stéphane trapier

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera