Musique

Foire aux Livres 2017 – Rencontre avec Benoît Camus

On pourra le retrouver le 18 octobre prochain à 16h à l’Atria de Belfort, au salon Nobel -. Benoît Camus y interviendra à l’occasion d’une table ronde autour de son dernier ouvrage Chroniques d’un père au foyer. L’auteur et ses invités dialogueront sur le thème « Être père au foyer aujourd’hui ». La paternité, sujet ô combien délicat et débattu dans la littérature. Dans ces récentes chroniques, Benoît Camus évoque cette tâche qui requiert finalement les mêmes compétences que pour bien réussir une sauce Béchamel : “avec énergie et avec délicatesse”. L’auteur y dépeint des tranches de vie familiale, du salon à l’école, de la chambre à coucher au square – honni ! – en passant par le Conservatoire qui composent le quotidien d’un père au foyer.

Benoît Camus, chroniques d'un père au foyerLe Livre débute dès le lever. Est-ce pour montrer que père au foyer, c’est un travail à temps plein ?
Oui, on peut le voir comme ça ! Et puis c’était une bonne façon d’amorcer les chroniques : par le début de la journée.

On le voit à certains moments de la journée ou de la vie, à la mairie lorsqu’il s’agit d’enregistrer la naissance de votre première née, à la sécu, pour le dossier logement… vous évoquez aussi le regard des autres sur votre situation. Avez-vous vraiment senti une certaine « pression » de la part de vos semblables en tant que père au foyer ?
Une pression, je ne sais pas ! Mais une certaine perplexité, oui, surtout au début, il y a quelques années. Je n’entrais pas dans le moule et pour certains, surtout dans les administrations, cela suscitait quelques interrogations, voire de la méfiance.

Cela a-t-il évolué au fil du temps, le regard de la société sur le « père au foyer » ? Depuis votre première née disons !
Oui, je crois que cela a pas mal évolué mais je ne sais pas si c’est dû à mon propre ressenti, tout simplement parce que les années passant, je deviens plus indifférent au regard qu’on porte sur ma situation. Cela suscite toujours de l’étonnement mais les gens conçoivent davantage que je puisse faire ce choix. Mais il y a globalement une certaine bienveillance, vis à vis de ma situation.

Vous abordez aussi le regard des enfants eux-même. “C’est pas un vrai métier”, vous entendez-vous dire par votre aînée un jour en évoquant le statut d’écrivain. Là aussi les choses ont évolué avec les années ?
Oui, c’est le fait de n’être pas comme les autres qui pouvait un peu gêner ma fille, d’autant que dire que je suis “père au foyer” provoquait et provoque encore le sourire… Ce n’est pas toujours facile pour un enfant d’avoir de la distance par rapport à ça. Mais, c’était sans doute dû aussi à ma propre attitude. Je faisais sans doute un peu trop attention, au début, aux réactions des gens alors qu’à présent j’y suis moins sensible et du coup, mes enfants aussi… Maintenant, ça les amuse plutôt d’annoncer mon activité.
Quant au statut d’auteur, il est plus gratifiant mais à condition d’être édité et d’être un peu diffusé. Je ne pense pas qu’il y ait eu d’évolution avec les années, à ce niveau.

Vous allez donner une conférence à la Foire aux Livres. Comment va-t-elle se dérouler ? Serez-vous seul à intervenir ?
J’espère avoir un peu de soutien ! Ce sera, je crois, sous la forme d’une table ronde et d’une conversation avec le public présent. Je raconterai un peu mon itinéraire et ce choix que j’ai fait de me consacrer à mes proches et à l’écriture alors que j’étais engagé sur une toute autre voie. J’en profiterai pour présenter mon livre et engager la conversation sur des aspects de la vie de père au foyer. Un échange qui, je l’espère, sera animé et joyeux !
Mais le contenu de l’intervention est encore à peaufiner avec Jean-Marie Choffat !

Est-ce la première fois que vous utilisez un terreau aussi biographique pour vos écrits ? Vous parlez de vous-même, on ne peut pas faire plus intime !
Oui, tout à fait. Je suis un auteur de fictions, même s’il y a toujours une part de soi dans ce que l’on écrit. Ce livre est une exception. Ce sont des chroniques que j’écrivais pour alimenter un blog et que j’ai reprises et complétées pour en faire un livre, suite à l’intérêt qu’on leur avait porté.
Mais à l’origine, je ne comptais pas les publier en dehors de mon blog.

Alimentez-vous encore ce blog avec de nouveaux textes en lien ?
Oui, je l’alimente toujours (et de temps à autres) avec quelques chroniques (des inédites, donc), entre autres textes d’un genre différent et infos sur mon actualité d’auteur. J’ai une rubrique dédiée, “Père ou fou à lier”, où je diffuse aussi quelques croquis de ma fille aînée sur le sujet (son regard à elle), ma fille qui a dessiné la couverture du livre.

Encore une question : serez-vous sur la Foire aux Livres de Belfort à d’autres moments que lors de la conférence ?
Oui, j’y serai lors du salon Savoureusement lire, les 21 et 22 octobre, avec plein d’autres auteurs.

Propos recueillis par Dominique Demangeot

Le blog de Benoît Camus : http://benoitcamus.eklablog.com/pere-ou-fou-a-lier-c26098084

44e Foire aux Livres, Belfort, Atria, du 6 octobre au 1er novembre 2017
Programme complet : www.livres-90.fr

atria belfort, benoit camus, foire aux livres belfort 2017

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera