David Lopez – Vivance

ROMAN

Seuil

Parution le 19 août 2022

Quand débute le roman, on sait peu de choses sur le narrateur. Il possède une maison qu’il est en train de repeindre, son chat est vieux et en piteux état et il ne travaille plus depuis un bon moment (le narrateur, pas le chat). Dans la salle de bain où nous le trouvons, un danger imminent semble le guetter. Comment a-t-il atterri dans cet ancien relais de diligence perdu dans la montagne ?

David Lopez - Vivance - Chronique par le magazine Diversions

Tout commence dans une petite ville qui ressemble à celle où se déroulait le premier roman de David Lopez, Fief, prix du Livre Inter 2018. Une zone périurbaine comme il en existe des milliers en France, ces nulle-part où la vie s’écoule un peu plus lentement qu’ailleurs, où l’on peut s’ennuyer ferme. L’anti-héros de David Lopez semble justement avoir démissionné, perdant même l’envie de se promener comme il le faisait avec son ex-petite amie. Mais une rivière quittant son lit va le sortir de son inertie. « J’ai un peu passé ma vie à la rêver », se plaint-il. « Sans jamais trop savoir de quoi. » Le périple peut alors commencer via un road trip montagnard à vélo. Cette montagne « mythique, majestueuse, […] un monstre » avec ses 21 kilomètres d’ascension, c’est un peu le Moby Dick du narrateur qui va le révéler à lui-même.

Le vélo lui va finalement comme un gant, lui apportant cet « état de dénuement, de réduction de soi à son corps », et qui lui offre par ailleurs une nouvelle perspective ainsi que des envies de
« gratter l’amitié ». Vivance est porté par la langue si particulière de David Lopez, qui a marqué les esprits à la sortie de Fief et que l’on retrouve ici, le langage des cités en moins, mais traduisant toujours une réelle tendresse pour ses personnages. Si le roman évoque aussi nos bas instincts, la mort en général et l’envie d’en finir en particulier, David Lopez n’oublie pas de placer quelques scènes décalées comme cette épique Arche de Noé miniature lors de l’inondation. L’existence du narrateur s’apparente à une roue voilée, mais sa virée en bicyclette, ainsi que sa rencontre avec le personnage de Noël « isolé, aigri, triste, déjà mort » pourraient bien le remettre dans l’axe.

Marc Vincent

Retrouvez David Lopez lors du festival Livres dans la Boucle 2022 à Besançon (www.livresdanslaboucle.fr/)

 

chronique livre, critique roman, cyclisme, david lopez, fief, montagne, seuil, vivance

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera