Musique

Bourogne – Sortir du Désenchantement du Numérique à l’Espace Multimédia Gantner jusqu’au 19 janvier

La nouvelle exposition à découvrir à l’Espace Multimédia Gantner évoque la place conséquente que tient aujourd’hui le monde numérique dans notre vie de tous les jours, une omniprésence qui n’est pas sans induire un certain malaise, ou tout du moins des questionnements quant à la place des nouvelles technologies dans nos sociétés.

Benjamin Grosser, Go Rando - Photo : Seraina Wirz

Benjamin Grosser, Go Rando – Photo : Seraina Wirz

Si le numérique a investi aujourd’hui toutes les composantes de la société, y compris les activités culturelles, les artistes y ont également trouvé un sujet de réflexion particulièrement riche. Autonomous Trap 001, de James Bridle, s’intéresse par exemple à la perception physique des technologies numériques et virtuelles, restitution en photo et en vidéo d’une performance sur un parking. Les artistes mettent à profit le numérique dans leurs créations, mais questionnent également ce dernier. Avec Shanzhai Archeology, Nicolas Maigret et Maria Roszkowska s’intéressent à l’outil emblématique des nouvelles technologies, le smartphone, qui prend dans les usines de Shenzhen des formes tout à fait étonnantes, voitures, fruits… Des smartphones comme autant de couteaux suisses qui peuvent aussi contenir briquet, rasoir électrique… Des appareils créés en quelques semaines, mêlant créativité… et contrefaçon.

Le piratage pose aussi la question de l’opensource, ces technologies qui évacuent la question de la propriété industrielle en encourageant ses utilisateurs à diffuser largement les codes des logiciels et à les faire eux-mêmes évoluer. Le collectif F.a.t. lab (Free art and technology lab), créé en 2005 et promouvant l’opensource, a cependant disparu en 2017, sur un triste constat d’échec, « We lost ». Le copyright semble rester roi, la consommation avoir encore gagné. Qu’il s’agisse de dénoncer les multiples discriminations qui ont lieu sur internet (Premium Connect de Tabita Rezaire), ou d’imiter les mécanismes financiers via des algoritmes pour les détourner (ADMXI), un certain désenchantement, comme le pointe le titre de l’exposition, semble donc régner aujourd’hui.

sortirQuel espoir reste-t-il pour un monde du numérique dans lequel les notions de libre arbitre n’apparaissent pas comme des douces utopies ? Avec son installation Technologies of Care, Elisa Giardina Papa évoque le cas d’entrepreneuses et d’entrepreneurs proposant leurs services sur internet. Une nouvelle économie que l’on pourrait presque qualifier de parallèle, tant elle semble éloignée des cinq géants du web surnommés GAFAM – Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft -. Le concept de micro-commande se rencontre de plus en plus souvent, des services auxquels les clients ont accès de manière très pratique sur le web, du fantasme fétichiste au design d’objets 3D. Le numérique apparait donc également comme un enjeu économique et social majeur, permettant de libérer des forces de travail, et rendant possible une économie nouvelle. Mais il soulève également, dans le sillage des révélations d’Edward Snowden en 2013 sur la NSA, des inquiétudes quant à nos libertés individuelles. L’ère du Big Brother orwellien serait-elle advenue ? Masquerade, installation fonctionnant en dehors d’internet, évoque cette suspicion généralisée qui semble avoir pris possession du World Wide Web en général, et des réseaux sociaux en particulier. C’est justement à l’un d’eux, Facebook, que Benjamin Grosser fait allusion dans plusieurs de ses créations. Go Rando évoque les émoji qui permettent d’exprimer ses émotions à l’aide de symboles de manière aléatoire, afin d’éviter que nos émotions ne deviennent un produit. Hackteria est un réseau qui intègre la matière vivante dans des projets artistiques. Internet permet un échange aisé des savoirs scientifiques en biotechnologie et en bio-hacking, une production libre qui n’est pas sans rappeler le principe de l’opensource là encore.

– Marc Vincent –

Sortir du Désenchantement du Numérique, Espace multimédia Gantner, Bourogne, du 13 octobre au 19 janvier
En lien avec l’exposition :
2 décembre à 14h : Atelier Pochette d’invisibilité par Labomédia + Visite guidée à 17h30
19 janvier à 17h : Performance de The Mycological Twist
www.espacemultimediagantner.cg90.net

bourogne, espace multimédia gantner, exposition, sortir du désanchantement du numérique

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera