Musique

Audincourt et Belfort – Le festival Impetus fête ses dix ans

Dix années déjà que le festival Impetus fait trembler l’Aire urbaine. L’événement traditionnellement hivernal, est avancé cette année pour célébrer son anniversaire du 14 au 16 novembre. Porté par Le Moloco, La Poudrière de Belfort, et cette année conviant à la fête le Conservatoire Henri Dutilleux du Grand Belfort, pour une soirée spéciale le 16 novembre, Impetus met en lumière les cultures dites divergentes, qu’il s’agisse de disciplines sonores ou visuelles. Rock, métal, noise et musiques plus expérimentales, mais aussi expositions d’artistes d’aujourd’hui, cinéma, littérature, arts numériques, font partie de la riche constellation visitée par Impetus.

Rully Shabara le 16 novembre au Conservatoire Henri Dutilleux de Belfort – Photo : DR

Le festival débutera le 14 novembre avec une grande soirée gratuite au Moloco, réunissant Karras, Aleister et Assigned Fate. Karras est le projet récent de Yann Heurtaux, qui tient les guitares dans Mass Hysteria, Etienne Sarthou batteur d’AqME et Diego Janson (Sickbag, Demosys). Impetus va débuter fort avec ce trio grindcore, un style qu’ont toujours apprécié les trois musiciens, qui se connaissent par ailleurs depuis fort longtemps. Les deux autres formations représenteront la Franche-Comté, avec Aleister, qui retrouvaient leur trash metal en 2018 après trente ans d’absence, et Assigned Fate, métal pontissalien. Le 15 novembre, c’est une soirée là encore gratuite qui sera cette fois accueillie à la Poudrière, et par ailleurs internationale avec des groupes venus du Canada et d’Italie. Les Québécois de Dopethrone apporteront leur sludge/doom. Quant au groupe transalpin de The Secret, il mêle hardcore, black métal et grind, ayant sorti l’an dernier Lux Tenebris, un court EP pour se rappeler au souvenir des fans de musiques lourdes. Citons encore les Mulhousiens de Sacrifizer et leur speed métal.

Le samedi, le festival proposera un riche programme, une soirée « divergente » à retrouver au Conservatoire Henri Dutilleux de Belfort, dès 19h. Et pour nous rappeler qu’Impetus s’intéresse également aux arts visuels, pas moins de trois expositions seront proposées : les illustrations gore, sensuelles et surréalistes d’Aude Carbone, les masques tout aussi impressionnants de Patrick Jannin, sans oublier le cabinet des curiosités de Jean-Philip Margelin, tirées de sa boutique bisontine Crânes d’Anges. Du côté des projections, la fondatrice du collectif Burtscratch, Silvi Simon, présentera son cinéma expérimental et argentique, tandis que l’on pourra également découvrir l’univers steam-punk de Colin Raff.
Chez Impetus, le concert voisinne aussi parfois avec la performance, comme ce sera le cas avec Côme Rudler, le musicien bruitiste belfortain qui se verra offrir une carte blanche, où la Harsh Noise devrait avoir toute sa place. En partenariat avec VIADANSE, la DJ Øna Chrysis accompagnera les mouvements improvisés du danseur Louis Gillard. C’est d’Indonésie que nous viendra Rully Shabara, artiste à l’élasticité vocale étonnante qui officie également dans le groupe de math rock Zoo, à écouter aussi ce soir-là. Quant à Jérôme Fino et Carl.Y, ils revisiteront les jeux d’arcade, utilisant micro et son.

Exposition Crânes d’Anges – Photo : DR

D’autres concerts suivront, dont celui de Yann Gourdon, joueur de vielle à roue qui partagera pour l’occasion la scène avec des élèves du Conservatoire Henri Dutilleux. Les deux Américains de Prison Religion apporteront quant à eux la culture hip-hop au festival Impetus, mais un hip-hop passé à la moulinette d’un melting pot sonore qui s’affranchit des frontières, agglutinant fragments de noise et d’électro, de métal et de hardcore. L’atmosphère sera tout aussi expérimentale avec les Espagnols de Territoire, et leur univers en clair-obscur entre électro et métal. Le duo bordelais Kap Bambino viendra enfin présenter son dernier album en date, Dust, Fierce, Forever, qui mêle punk et électro, une sixième galette où le rock laisse un peu plus la place aux couleurs synthétiques, une musique attendue par les fans – six ans qu’ils n’avaient rien sorti-, où les synthés le disputent à une attitude toujours aussi punk.

– Manu Gilles –

Impetus, à Belfort et Audincourt, du 14  au 16 novembre – Programme complet :
impetusfestival.com

audincourt, Belfort, impetus

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera