Musique

Un tiers des établissements de Bourgogne Franche-Comté se renouvelle chaque année

L’Insee publie aujourd’hui son analyse concernant le renouvellement du tissu productif en Bourgogne Franche-Comté, s’intéressant aux activités marchandes hors agriculture. On constate notamment des taux de renouvellement plus forts dans les services que dans l’industrie.

Photo :  benjaminnolte - Fotolia.co

Photo : benjaminnolte – Fotolia.co

Depuis 2008, le nombre d’établissements a progressé de 2,7 % par an, un rythme plus faible qu’en France métropolitaine – 3,5 % -. Le tissu productif se renouvelle fortement. Créations, cessations, cessions-reprises ou transferts, ces mouvements d’entrées et de sorties concernent en effet chaque année un tiers des établissements. Ils sont plus fréquents dans les activités tertiaires où la taille des établissements est relativement faible et l’investissement de départ peu élevé. Le secteur « information et communication » est celui qui se renouvelle le plus, avec un taux annuel de 59 %. À l’inverse, dans la plupart des secteurs industriels, le taux de renouvellement est assez faible et varie de 16 % à 19 %.

Le taux de renouvellement varie d’une zone à l’autre, en lien avec leur structure productive et leur dynamique démographique et économique. Cinq zones d’emploi – Sens, Besançon, Belfort-Montbéliard, Héricourt, Dijon et Dole – renouvellent fortement leur tissu productif avec un taux annuel de près de 38 %. À l’opposé, dans la zone du Morvan, peu attractive et dans celles de Morteau et de Saint-Claude, plus industrielles, le taux de renouvellement n’atteint pas 30 % par an.

Photo : Tyler Olson - Fotolia

Photo : Tyler Olson – Fotolia

Entre 2008 et 2013, les 26 100 établissements créés, repris ou ceux qui ont déménagé ont permis la création de 30 300 emplois par an en Bourgogne Franche-Comté. Dans le même temps, 30 100 emplois ont été détruits chaque année par cessations, cessions et transferts d’établissements. Tous ces mouvements modifient le tissu productif et par voie de conséquence la nature des emplois mais leurs effets, légèrement positifs, apparaissent faibles sur le volume même de l’emploi. Cela n’est pas le cas des établissements pérennes, c’est-à-dire ceux présents en 2008 et toujours actifs cinq ans plus tard. Ici, les effectifs salariés se sont resserrés : ils baissent de 4 500 emplois par an en moyenne.

Source : Insee Franche-Comté

bourgogne franche-comté, emploi, insee franche-comté, tissu productif

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera